Prezidanted Bro-C’hall hag ar brezhoneg

Eus Wikiarroud
Mont d’ar merdeerezh Mont d’ar c’hlask

Charles de Gaulle[kemmañ]

Va c’horf 'zo dalc’het
Met davedoc'h e nij va spered
'Vel ul labous a-denn-askell,
'Nij da gavout e vreudeur a-bell. [1]

Distaget d’an 2 a viz C’hwevrer 1969 e Kemper. Barzhoneg savet gant e eontr, anvet Charles de Gaulle ivez (1837-1880).


Georges Pompidou[kemmañ]

Mard on lakaet da brezidant ar Republik gant youl ar C'hallaoued, e roin harp gwirion ar galloudoù foran da zifenn an hengounioù hag ar sevenadurioù rannvroel. […] Un Arvern on, ha dre se un Okitanad, neuze ez on kizidik-tre ouzh kement striv a vo graet evit saveteiñ hengounioù yezhel ha sevenadurel hor proviñsoù hag hor broioù.

Si la volonté des Français me porte à la présidence de la République, je ferai en sorte que cette défense des traditions et cultures régionales bénéficie d'un réel appui des pouvoirs publics. […] Auvergnat, donc Occitan, je suis particulièrement sensible à tous les efforts qui sont consentis pour sauvegarder les traditions linguistiques et culturelles de nos provinces et pays.[2]

10 a viz Mezheven 1969 : Respont an danvez prezidant gall Pompidou da c’houlenn « Défense et promotion des langues de France » a-du gant ar yezhoù rannvroel.


N’eus lec'h ebet evit ar yezhoù rannvroel en ur Frañs tonket da verkañ Europa gant he siell.

Il n'y a pas de place pour les langues régionales dans une France destinée à marquer l’Europe de son sceau[3].

14 a viz Ebrel 1972 : disklêriadenn Georges Pompidou e Sarre-Union e Bas-Rhin.


Valéry Giscard d'Estaing[kemmañ]

  • 29 Ebrel 1974 : Respont dre skrid an danvez prezidant Valéry Giscard d'Estaing da c’houlenn "Défense et promotion des langues de France". J'ai pris connaissance avec une particulière attention de vos remarques ou suggestions visant à revaloriser une part non négligeable de notre patrimoine historique et culturel et qui donc, à cet égard, m'apparaissent intéressantes. La diversité des cultures, des hommes des caractères, des paysages est en effet une des richesses de la France ; il est manifeste cependant que le respect de cette diversité ne peut être réel que si rentre bien clair dans tous les esprits le postulat fondamental de l'Unité Nationale. Toute mesure ou action qui se fixerait un autre objectif ou ne viserait pas l'enrichissement global du patrimoine culurel de la France serait condamnée par l'évolution du monde moderne.

François Mitterrand[kemmañ]

  • 30 Ebrel 1974 : Respont dre skrid an danvez prezidant François Mitterrand da c’houlenn "Défense et promotion des langues de France". J'ai moi-même écrit clairement et à plusieurs reprises que je déplorais la destruction des cultures minoritaires. Je pense que toutes les formes de bilinguisme sont à encourager. Cela signifie qu'en cas d'élection à la présidence de la République, je soutiendrais les efforts visant à préserver les identités collectives diverses des citoyens français (...) Je pense que la présence de cultures diverses sur le territoire français est une richesse et qu'il faut lutter contre leur uniformisation.

Deuet eo amzer ur statud yezhoù ha sevenadurioù bro C’hall. Poent eo digeriñ dezho dorioù ar skol, krouiñ kevredigezhioù rannvroel skingomz ha skinwel da skignat anezho, reiñ dezho ar plas e tlefent kaout er vuhez foran.

Le temps est venu d'un statut des langues et cultures de France. Le temps est venu de leur ouvrir grande les portes de l'école, de créer les sociétés régionales de radio et télévision permettant leur diffusion, de leur accorder toute la place qu'elles méritent dans la vie publique[4].

Disklêriadur an danvez prezidant François Mitterrand en Oriant, 14 a viz Meurzh 1981.


Daveoù[kemmañ]

  1. (fr) Trésor breton. Kavet : 15 Du 2022.
  2. (fr) « Memorandum sur la situation de la langue bretonne en 1971 », Emgleo Breizh.
  3. (fr) Le droit à la parole, Noël Lainé, 1992 — Lenn en-linenn.
  4. (fr) Le français et les langues historiques de France, Hervé Abalain (ISBN 978-2877478816), p. 127 — Lenn en-linenn.